Des scientifiques dans un laboratoire.

Transition écologique : les scientifiques conçoivent un outil pour réduire leur empreinte carbone

 

Des scientifiques français, réunis au sein du collectif Labos 1point5, ont lancé jeudi un outil pour permettre à la communauté scientifique d’estimer et de réduire son empreinte carbone. Baptisé GES 1point5, cette plateforme sera présentée en ligne le 6 novembre.

Dans la droite ligne des mobilisations de la jeunesse pour le climat

Depuis plusieurs mois, le monde se mobilise contre le réchauffement climatique, responsable de nombreuses catastrophes naturelles. La communauté scientifique, qui propose déjà des solutions, souhaite aussi réduire son empreinte carbone directement. Ainsi, deux mille chercheurs français de toutes les disciplines ont créé le collectif Labo 1point5, qui aide les laboratoires à réaliser leur transition écologique. Une première mondiale.

« Le collectif est né dans le contexte des mobilisations de la jeunesse pour le climat, mais aussi de l’accélération des évènements extrêmes, qui nous rappellent que le changement climatique a des effets très concrets. En parallèle, la parole des scientifiques est devenue de plus en plus présente dans le débat public. Nous avons une responsabilité. », explique Olivier Berné, astrophysicien au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et cofondateur de Labos 1point5.

Les scientifiques voyagent beaucoup

« Au vu de l’urgence climatique, tout le monde est dans l’obligation de réduire ses émissions, y compris les scientifiques, qui peuvent jouer un rôle moteur et essaimer vers d’autres secteurs », enchérit Odile Blanchard, maîtresse de conférence en économie à l’université Grenoble-Alpes et membre du collectif Labos 1point5. La communauté scientifique souhaite précisément réduire l’empreinte carbone de ses laboratoires, gourmands en énergie, et celle des déplacements de ses membres. Ces derniers prennent encore trop l’avion pour se rendre dans les présentations, conférences et autres évènements. Or, le trafic aérien est responsable de 5 à 10 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Et cette part devrait doubler d’ici 2030.

Un outil ouvert à tous les laboratoires de recherche volontaires

L’outil mis en ligne par les chercheurs français a été baptisé GES 1point5, en référence à l’objectif de limiter le réchauffement climatique mondial à 1,5°C par rapport à la période pré-industrielle, fixé par l’Accord de Paris. Ouvert à tous les laboratoires de recherche volontaires, il vise à mesurer l’empreinte carbone des bâtiments et des déplacements domicile-travail et en mission, via une méthodologie commune et standardisée, dans le but de réduire cette empreinte carbone. L’outil sera présenté en ligne le 6 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *