Révolution énergétique : Aliou Diallo, l’alchimiste de l’hydrogène naturel

Longtemps considéré comme une chimère ou une source d’énergie inexploitable, l’hydrogène naturel suscite aujourd’hui un intérêt grandissant. Une révolution partie du Mali, où un entrepreneur, Aliou Diallo, s’est transformé en pionnier de l’hydrogène naturel. Son entreprise, Hydroma, est la seule au monde à produire de l’électricité à partir d’hydrogène naturel.

À l’instar des alchimistes occidentaux du Moyen âge et de la Renaissance, qui transformaient les métaux « vils » en métaux « nobles », Aliou Boubacar Diallo a largement contribué à faire de l’hydrogène naturel une source d’énergie intéressante. En effet, il y a encore dix ou vingt ans, l’hydrogène naturel était considéré comme une chimère, puis comme un gaz inexploitable car « seulement » présent dans les profondeurs inaccessibles de la mer.

C’est en tout cas ce que croyait la communauté scientifique avant la découverte à partir du début des années 2000 d’importants gisements un peu partout sous la surface du globe, notamment par les équipes du professeur Alain Prinzhofer de l’Institut de physique du globe de Paris.

Ils ont notamment confirmé la présence d’immenses réserves d’hydrogène naturel dans le cercle de Kati, au Mali, au cœur des concessions minières du riche homme d’affaires Aliou Diallo. Celui-ci a fondé en 2012 la société Hydroma SA, qui a obtenu de l’Etat malien une superficie de 1264 km² à l’intérieur du bloc 25, près du village de Bourakébougou.

C’est cet entrepreneur qui va propulser l’hydrogène naturel au rang de moteur potentiel de la transition énergétique. Le monde découvre davantage que cette ressource est abondante, totalement propre et renouvelable.

Hydroma : de l’électricité verte et gratuite pour le village de Bourakébougou

Les ingénieurs d’Hydroma SA ont multiplié les analyses sismiques et les forages de prospection pour déterminer avec précision les réserves disponibles dans le sous-sol au Mali. En huit ans d’exploration, ils ont pu identifier 22 puits positifs dans le cercle de Kati. L’un de ces puits fait l’objet d’exploitation grâce à une unité pilote située près du village de Bourakébougou. Cette installation produit de l’électricité verte, à partir de l’hydrogène naturel, et ce sans émissions de CO2. L’énergie produite est fournie gratuitement à la population locale, qui voit ainsi arriver à elle la modernité et le progrès.

Le succès de cette première installation à Bourakébougou va lancer la réputation d’Hydroma dans le monde de l’énergie et de l’hydrogène naturel. Aliou Diallo devient dès lors le guide de la révolution verte. Son projet attise les convoitises de tous les grands acteurs du secteur, qui tentent de prendre des participations pour se positionner dans ce créneau potentiellement bénéfique pour la planète et les industriels.

La crise sanitaire a ralenti les activités

Avant la crise du coronavirus, Aliou avait lancé la seconde phase de son projet : la production d’énergie verte à grande échelle à partir de l’hydrogène naturel. Pour soutenir cette étape industrielle, il s’était mis en quête de partenariats en Allemagne, où le gouvernement d’Angela Merkel a fait de l’hydrogène l’un des piliers de son programme de transition énergétique. Le milliardaire malien avait aussi dû céder ses parts (55%) dans la société minière Wassoul’Or afin de trouver des financements.

En début d’année, Hydroma SA avait lancé de nouvelles prospections en Australie et au Canada, où la société a son siège. Mais le coronavirus a contraint la société à tout arrêter. Avec l’allègement des mesures sanitaires dans le monde, les activités ont pu reprendre progressivement. Aliou Diallo aussi a repris sa quête de capitaux. En outre, pour s’aligner sur la tendance en Europe, il a récemment décidé de produire de l’hydrogène vert, grâce aux champs de panneaux photovoltaïques en cours de construction sur de vastes terrains au Mali et au Sénégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *