Une grappe de banane plantain dans un champ.

Afrique du Sud : des chercheurs proposent de fabriquer des voitures avec des fibres de bananes plantains

 

Après avoir étudié des bananes plantains, des chercheurs de l’Université de Johannesburg (Afrique du Sud) ont proposé d’utiliser leurs fibres pour fabriquer des voitures. Selon eux, elles produisent un matériau durable et écologique.

Le tubercule répond au fruit

La banane plantain est un féculent connu pour ses qualités gustatives dans les régions tropicales, à savoir l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud. Elle se mange cuite au four à la poêle ou flambée, comme pour l’« alloco » de Côte d’Ivoire. La banane plantain se différencie de la banane « classique » (appelée par banane « douce » en Afrique) qui, en plus d’être un fruit, peut être transformée en fibres naturelles pour les vêtements. En Afrique du Sud, des chercheurs de l’Université de Johannesburg veulent également employer le tubercule dans la fabrication de produits. Ils annoncent précisément pouvoir fabriquer des pièces de voitures à partir de fibres de bananes plantains.

Parue dans la revue Journal of Materials Reseach and Technology en juin 2020, leur étude prend en compte cette variété de banane en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Les scientifiques sud-africains ont établi que le mélange des fibres de ce féculent avec de la résine époxy, qui durcit sous l’effet de la chaleur et des nanotubes de carbone plus résistants que l’acier, peut donner un matériel solide. Ce dernier a un impact positif sur l’isolation phonique, ce qui contribuerait à réduire les bruits et les vibrations. Les fibres pourraient ainsi s’utiliser dans la fabrication de pièces de voitures comme les capots, le moteur, les portes ou l’intérieur du véhicule.

Encore une faible résistance aux chocs et à la chaleur

Ce nouveau matériau à base de fibres de banane permettrait de rendre la production des pièces automobiles plus écologique, plus  durable et moins coûteuse. Mais il faudra revoir sa solidité. En effet, l’étude précise que les fibres de banane absorbent notamment de l’eau en plus d’avoir une faible résistance aux chocs et à la chaleur. « Ses faibles propriétés mécanique et thermique limitent son application, » dans le champ automobile, reconnaissent les chercheurs.

Cependant, le renforcement par des fibres naturelles traitées aux micro-ondes à haute fréquence et de nanotubes de carbone à parois multiples permettrait d’améliorer de 52 % la résistance des propriétés mécaniques de ce nanocomposite hybride.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *