Photo montage des logo de Pepsi (à gauche) et Coca Cola (à droite)

Fabrication de soda : Coca-Cola et Pepsi quitte le lobby du plastique

 

Selon le média américain CNN, Coca-Cola et Pespi ont annoncé avoir quitté la Plastics Industry Association, le principal lobby du secteur du plastique. Ils ont justifié leur retrait par le fait que les positions de l’organisation en matière environnementale ne sont pas cohérentes avec leurs engagements et leurs objectifs.

Coca-Cola et Pepsi ne veulent plus être associés à l’industrie du plastique. Les deux fabricants de soda ont annoncé qu’ils claquaient la porte du principal lobby américain du secteur, la Plastics Industry Association. D’après CNN, qui rapporte la nouvelle, Coca Cola a indiqué que les positions prises par l’organisation ne sont pas cohérentes avec ses engagements et ses objectifs.

Sous la pression des ONG

Cette décision pourrait avoir été motivée par la volonté des deux groupes de ne pas subir un impact négatif sur leur image de marque. Depuis 2018, ils font face à la pression de plusieurs organisations, dont Greenpeace. Celle-ci leur a demandé de quitter la Plastics Industry Association, une organisation controversée qui s’oppose notamment à l’interdiction du plastique à usage unique.

La Plastics Industry Association mène une véritable guerre contre les législations interdisant ou limitant l’usage plastique aux Etats-Unis et dans le monde. En Europe, la bataille fait également rage car les intérêts sont colossaux. En septembre 2018, l’association Zero Waste France s’est alarmée du fait que l’industrie de l’agroalimentaire et de l’emballage propose de « diminuer la portée » de la future Directive européenne relative aux plastiques à usage unique. Pour l’ONG environnementale Greenpeace, il faut maintenir ce verrou à défaut d’une interdiction formelle du plastique à l’échelle mondiale. Et cela passe nécessairement par une prise de conscience des sociétés impliquées dans ce business. John Hocevar, directeur de la campagne Océans de Greenpeace USA, est persuadé qu’avec le temps et la sensibilisation, « les entreprises comprennent qu’elles ne peuvent pas publiquement dire qu’elles veulent mettre fin à la pollution par les plastiques, tout en soutenant financièrement une association qui milite pour que nous continuions à compter sur des plastiques jetables ».

Un engagement réel ou du greenwashing ?

Les déclarations de Coca-Cola et Pepsi s’inscrivent dans un mouvement plus large de prises d’engagements environnementaux par les deux géants. En effet, les concurrents se sont engagés à utiliser davantage de plastique recyclé et à favoriser des matériaux biodégradables comme l’aluminium. D’autres groupes tentent également de se montrer plus éco-responsables. C’est le cas par exemple de la marque américaine Ben & Jerry qui avait promis, en janvier 2019, d’éliminer complètement les pailles, couverts et tasses en plastique dans ses boutiques du monde entier. En France, une quinzaine de groupes parmi lesquels Danone et Carrefour ont signé, en février 2019, un texte avec le ministère de la Transition écologique et solidaire, le WWF et la Fondation Ellen Mcarthur, visant à établir une « vision commune de l’économie circulaire dans laquelle le plastique, source de pollution majeure, ne devient jamais un déchet ».

Reste maintenant à savoir si ces engagements ne relèvent pas du greenwashing. Espérons donc que les promesses soient tenues car 100 millions de tonnes de déchets plastiques entrent dans la nature chaque année, soit un tiers des déchets (rapport du WWF, 5 mars 2019).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *