Du vanadium dans une minde de Bushveld Minerals, en Afrique du sud.

Vanadium : le métal qui va révolutionner les énergies renouvelables ?

 

Bien qu’encore peu connu, le vanadium pourrait bientôt révolutionner les énergies renouvelables. Ce métal, utilisé dans de nouvelles générations de batteries, permettrait de stocker beaucoup d’énergie et de manière quasi infinie. Un atout de taille pour les centrales solaires et éoliennes isolées.

Le stockage de l’énergie reste problématique

Le vanadium, un métal encore peu connu, pourrait un jour accélérer la transition énergétique en résolvant le problème du stockage de l’énergie. Aujourd’hui, le stockage constitue l’une des principales limites au déploiement des énergies renouvelables. En effet, quand l’énergie solaire ou éolienne est produite aux heures creuses de la journée, il faut impérativement la stocker pour y avoir accès ultérieurement, notamment lors du pic de consommation nocturne. Or, à ce jour, ne pouvant stocker l’électricité suffisamment longtemps et en grande quantité, on compense, en particulier la nuit, avec des énergies fossiles.

Afin de régler ce problème, des scientifiques ont planché sur un modèle novateur de batteries, capables de conserver beaucoup d’énergie pendant un laps de temps étendu. Ces batteries utilisent le vanadium, un métal considéré comme rare et qui sert aujourd’hui majoritairement comme additif dans la production d’acier. On trouve ainsi du vanadium dans les avions, les trains, les tanks, les ponts ou les bâtiments. L’industrie automobile s’en sert également. La production reste concentrée en Chine, en Russie, au Brésil et en Afrique du sud.

Les batteries à flux plus stables que les accumulateurs lithium-ion

Selon Helena Gomes et Helen Abigail Baxter, chercheuses à l’Université de Hull, ses « propriétés remarquables en ont fait un composant idéal pour une nouvelle génération de batteries – les batteries à flux redox – qui figurent en bonne place pour révolutionner nos systèmes énergétiques dans les années à venir ».

Dans les batteries à flux, la production d’énergie et la capacité sont indépendantes. L’énergie est stockée dans des réservoirs, tandis que la capacité dépend, elle, de la quantité de liquide stocké. Ce qui permet une grande souplesse de conception que les accumulateurs lithium-ion n’autorisent pas. Les batteries à flux sont également plus sûres puisqu’il n’y a pas de risque de libérer soudainement de l’énergie.

Un métal qui pourrait nous défaire de la dépendance au gaz ou au charbon

Helena Gomes et Helen Abigail Baxter estiment que « La capacité à stocker de l’électricité grâce au vanadium pourrait permettre de se défaire de la dépendance au gaz ou au charbon, de garantir un marché du pétrole moins tendu et ainsi d’atteindre les objectifs de réduction d’émissions de CO2 fixées au niveau international ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *