Un koala accroché à un arbre, dans la canopée australienne.

Incendies en Australie : le monde se mobilise pour sauver les koalas

 

Les incendies qui ravagent l’Australie depuis plus de trois mois menacent l’un des symboles du pays : le koala. La population de cette espèce aurait été réduite d’un tiers depuis le début de la catastrophe. A travers les associations, le monde entier se mobilise pour sauver cet animal vulnérable.

Depuis plus de trois mois, l’Australie affronte de violents incendies qui ravagent les habitations, mais aussi les milieux naturels. Les feux ont brûlé des milliers d’hectares de forêts et tué de nombreux animaux. Une étude menée conjointement par l’association environnementale WWF et un chercheur de l’université de Sydney évalue à 1,25 milliard le nombre d’animaux disparus à ce jour. Parmi les victimes, les koalas, une espèce vulnérable à ce genre de catastrophe du fait de sa lenteur. les incendies auraient réduit sa population d’un tiers et détruit son habitat à 80%.

La Nouvelle-Zélande, une terre d’accueil temporaire pour les koalas ?

Face à ce désastre, associations et habitants se démènent pour sauver ce petit mammifère, certains demandant même son introduction dans l’écosystème néozélandais. C’est ce que propose une pétition lancée par la Société pour le Transfert des Koalas et adressée à la Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern. L’association explique que les koalas « ne compromettraient pas l’écosystème local, puisqu’ils vivent dans les forêts d’eucalyptus, et les feuilles de ces arbres représentent la majorité de leur alimentation ». Or ces arbres se trouvent en abondance en Nouvelle-Zélande.

La pétition a déjà recueilli plus de 7 500 signatures. Mais un porte-parole de la Première ministre a assuré sur une radio publique que l’objectif du gouvernement était d’aider à reprendre le contrôle des feux afin que les koalas « demeurent dans leur habitat naturel ». Car l’introduction d’un animal dans un autre habitat comporte de graves risques de déstabilisation pour les espèces déjà présentes dans cet écosystème.

Les dons affluent chez les associations

D’autres associations se contentent plutôt de collecter des dons afin de financer les centres de soins et autres refuges. Le Koala Hospital de Port Macquarie, qui soigne ces marsupiaux, a demandé 25 000 dollars pour « aider les koalas assoiffés par les récents incendies ». Elle a eu plus que cela, récoltant à ce jour 6,7 millions de dollars. Et les dons continuent d’affluer. Aussi, WWF France a collecté plus de 300.000 euros et le zoo de Beauval plus 80.000 euros. Le parc Planètes Sauvage près de Nantes a débloqué, lui, 2000 euros de fonds d’urgence.

« C’est toujours touchant de voir l’ampleur du mouvement et la rapidité de l’action »

Les sommes générées par ces cagnottes vont servir à venir en aide aux millions d’animaux brûlés, asphyxiés ou assoiffés dans les incendies en Australie, dont les koalas, précise Baptiste Mulot, chef-vétérinaire du zoo de Beauval sur Europe 1.

« C’est toujours touchant de voir l’ampleur du mouvement et la rapidité de l’action. Les dons servent à avoir des équipes sur place qui vont chercher les animaux blessés pour les ramener aux centres de soin, et à avoir des centres qui fonctionnent pour soigner ces animaux », détaille le vétérinaire.

Après les sauvetages et les soins, les associations comptent préparer l’avenir de cette espèce. Ainsi, les dons serviront à déterminer comment « redonner un cadre de vie à ces animaux, dans leur milieu naturel ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *