Océan satellite

Couleur des océans : signature du changement climatique ?

Océan satellite

Un groupe de chercheur du MIT (Massachusetts Institute of Technology) a démontré qu’en observant la couleur des océans par satellite, il était possible d’analyser le changement climatique. 

Les photos des océans prises par satellite sont nombreuses. On y distingue très souvent des tourbillons verts et bleus. Ces différentes formes et nuances de couleurs sont liées à des organismes microscopique : les phytoplanctons. Regroupés par milliards, ils réagissent aux conditions climatiques de leur environnement : température, ensoleillement, courants… avec un effet sur leur apparence vu du ciel.

Le phytoplancton, responsable de la moitié de l’oxygène que nous respirons

À l’instar des plantes terrestres, certains organismes marins, appelés phytoplancton, réalisent la photosynthèse. C’est un processus par lequel les plantes vertes, en absorbant l’énergie lumineuse et le gaz carbonique de l’air, rejettent de l’oxygène et des matières organiques. Le phytoplancton est responsable de près de la moitié de l’oxygène que nous respirons. De ce fait, le phytoplancton joue un rôle majeur dans la régulation du carbone à l’échelle de la planète.

Sa couleur varie selon son contenu pigmentaire

La couleur du phytoplancton varie selon sa teneur en chlorophylle. De sorte qu’une forte teneur lui apporte une couleur verte. Il existe néanmoins plusieurs groupes d’organismes avec des couleurs différentes. Certains sont bruns (les diatomées), d’autres vert bleutés (les cyanobactéries) ou encore rouges (les dinoflegellés toxiques).

L’observation par satellite

En observant l’évolution du phytoplancton par satellite, et donc la couleur des océans, il est possible de prédire le changement climatique. Pour ce faire, les chercheurs analysent ce qu’on appelle la réflectance, c’est-à-dire la proportion de lumière que la surface de l’océan renvoie vers l’espace. C’est donc à l’aide d’algorithmes qui mesurent la réflectance que les scientifiques déduisent une estimation de la concentration de chlorophylle du phytoplancton. Par exemple, une forte teneur en chlorophylle des microalgues renvoie une lumière verte.

Un scénario qui prévoit un changement de couleur des océans

Le scénario climatique RCP8.5 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prévoit une augmentation moyenne de 3°C de la température à la surface des océans d’ici 2100. En se basant sur ce scénario, les scientifiques du MIT ont prévu le changement de couleur des océans, dû à la perturbation que subiront les phytoplanctons. En effet, l’augmentation des températures traduiront une modification de la concentration en chlorophylle de ces organismes et donc de la lumière reflétée sur les océans. Le groupe de chercheur annonce une couleur bleue-verte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *