Walmart, un multi-pollueur ?

Le géant américain de la distribution est au centre d’accusations de déversement illégal de déchets en Californie. L’affaire désormais devant la justice fait écho à d’autres dans lesquelles le groupe avait été précédemment impliqué.

Pas de quoi aborder la nouvelle année dans la sérénité. L’entreprise américaine, Walmart, fait l’objet d’une plainte de la Californie au sujet de ses déversements de déchets dans l’État jugés illégaux. Le document transmis lundi 20 décembre au tribunal du comté d’Alameda à l’instigation de 12 procureurs de district, du département californien de contrôle des substances toxiques et du procureur général de la Californie Rob Bonta, évoque plus d’un million d’articles, dont certains, contenant des substances nocives, déversés annuellement par l’entreprise depuis 2015.

On y trouve, à en croire les plaignants, des pesticides, des batteries au lithium et d’autres matières dangereuses, abandonnés dans des décharges de l’État non-adaptées pour leur traitement convenable. Avec pour conséquences, toujours selon les accusateurs, de probables contaminations des eaux ou de l’air.

Situation accablante

Pour étayer leurs accusations, les détracteurs de Walmart s’appuient sur un audit du groupe même évoquant environ 80 tonnes de déchets déversés par an. Ils citent également la soixantaine d’inspections effectuées par les enquêteurs californiens de l’environnement au niveau des compacteurs de déchets des magasins de la firme de Bentonville en Arkansas, installés dans 13 régions différentes du plus grand État américain.

Walmart est par ailleurs dépeint en récidiviste par les autorités qui ont déjà eu maille à partir avec la société dans le passé concernant cette même problématique du déversement illégal des déchets. L’affaire qui remonte à 2010 s’était soldée par un règlement financier de 25 millions de dollars de préjudices au bénéfice de la Californie. L’entreprise avait en outre dû, sous la pression d’une enquête fédérale, plaider coupable en 2013 du déchargement d’ordures non-autorisé. Le litige concernant la Californie et le Missouri, comprenait la violation par Walmart de sept chefs d’accusation de la Clean Act Water, une législation américaine portant sur la pollution des eaux. Au total, le contentieux avait coûté 82 millions de dollars au géant de la grande distribution, selon le New York Times.

Contestation

Certainement pour ne pas avoir à régler à nouveau une telle ardoise, le groupe conteste cette fois les accusations de la Californie. Arguant notamment du niveau d’exigence drastique de l’État de l’Ouest des États-Unis au sujet de l’élimination de ses déchets.

La bataille des arguments est lancée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.