Paris bientôt plus outillée contre la publicité numérique ?

La ville capitale pourrait engager très prochainement une bataille féroce contre la publicité numérique, les écrans publicitaires notamment. Un article y est dédié dans le projet de loi climat et résilience actuellement en débat à l’Assemblée nationale.

Longtemps démunies face à l’enjeu écologique de la lutte contre la publicité numérique dans l’espace public, les municipalités françaises pourraient voir leur arsenal répressif étoffer très prochainement. Et pour cause, une législation consacrée à la question est actuellement sur la table des députés, dans le cadre de l’examen du projet de loi climat et résilience. Le texte prévoit notamment de donner davantage de marge de manœuvre aux communes dans la régulation des panneaux publicitaires exposés en ville.

En théorie, ce secteur de la publicité numérique compte parmi les plus réglementés à Paris, avec l’interdiction stricte d’en afficher dans l’espace public. Mais cette réglementation ne résiste guère à la réalité des faits. Puisque de nombreux publicitaires installent lesdits panneaux derrière leur vitrine afin de contourner la mesure municipale. Un subterfuge destiné à faire apparaître ces panneaux polémiques dans l’espace public sans encourir le risque de tomber sur le coup de la loi. Les manœuvres du genre sont nombreuses et les autorités municipales semblent impuissantes.

Ce fut notamment le cas en 2009 quand la question avait opposé la firme Zara à la mairie. Une bataille perdue en fin de compte par Paris devant la justice. Dans ces conditions, l’article 7 du projet de loi actuellement étudié par les parlementaires apparaît comme une bouée de sauvetage pour les élus locaux, ceux de la capitale au premier chef.

Les panneaux publicitaires numériques, source de pollution

L’enjeu est d’autant plus important que l’équipe siégeant actuellement à la mairie de Paris renforcée par les Verts avait promis aux dernières élections municipales, de débarrasser la ville de la publicité. Outre les autres types de publicités, celles concernant les panneaux lumineux sont fréquemment décriées par les défenseurs de l’environnement. Le dispositif de lumière qui alimente ces panneaux connectés est notamment réputé pour consommer beaucoup trop d’énergie. Un panneau consommerait sur une année, l’équivalent de la ressource énergétique nécessaire à une famille de trois personnes en moyenne, selon un responsable de Greenpeace Paris. À cela s’ajoute leur fabrication que d’aucuns voient comme destructrice de la planète.

Les initiatives visant à l’interdiction de ces panneaux numériques se multiplient un peu partout sur le territoire français. À Paris, le nombre de panneaux concernés frôlerait les 3 000 environ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.