Le PHASA-35 de BAE Systems en plein vol.

Australie : un avion solaire capable de voler une année sans pause

 

L’entreprise britannique BAE Systems et sa filiale Prismatic ont mis au point un avion solaire capable de voler pendant un an sans avoir à se poser. Cet engin électrique baptisé PHASA-35 a récemment pris son premier envol depuis la base de lancement de Woomera, au sud de l’Australie.

Baptême de l’air réussi pour le Persistent High Altitude Solar Aircraft ou Phasa-35, le drone solaire conçu par Prismatic, la filiale de BAE Systems. Cet avion solaire a effectué son premier vol en Australie du Sud, en survolant une base de la Royal Australian Air Force.

« C’est un résultat précoce exceptionnel »

Avec son envergure de 35 mètres, PHASA-35 a été conçu pour voler à 20 kilomètres au-dessus de nos têtes, c’est-à-dire en pleine stratosphère. Ce positionnement fait de l’engin britannique un parfait compromis entre un avion classique et un satellite. Ultraléger (150 kg), il est censé voler jusqu’à un an sans se poser, même de nuit. Ce, grâce à ses panneaux solaires qui alimentent ses batteries lithium-ion faisant fonctionner deux moteurs brushless. Le drone peut atteindre 145 km/h.

Pendant son vol d’essai, le PHASA-35 a volé à une altitude de 2 km, ce qui est bien loin des 20 km prévus. Mais le premier test s’avère tout de même positif. Ian Muldowney, directeur de l’ingénierie chez BAE Systems, a déclaré que « c’est un résultat précoce exceptionnel qui montre que nous pouvons relever le défi que le gouvernement britannique a lancé à l’industrie pour qu’elle fournisse un Système de combat aérien du futur au cours de la prochaine décennie ». La société se montre d’autant plus satisfaite qu’elle n’a lancé ce projet d’aéronef autonome qu’il y a deux ans.

Un concurrent direct pour les drones d’Airbus et Boeing

Selon BAE Systems, le Phasa-35 représente une « alternative durable et abordable aux satellites, combinée à la flexibilité d’un avion ». Il pourrait se destiner à diverses applications civiles et militaires. Par exemple à la surveillance maritime ou des frontières, à la détection des incendies ou encore aux relais télécom pour les communications mobiles et Internet 5G. Un concurrent direct donc pour Airbus et Boeing qui travaillent respectivement sur un drone solaire stratosphérique nommé Zephyr S et sur un drone solaire autonome baptisé Odysseus. Mais il faudra que le Phasa-35 ait les capacités de transporter les antennes 5G qui peuvent facilement dépasser 40 kg. À ce jour, la charge utile maximum du PHASA-35 est de 15 kg.

D’autres tests prévus

BAE Systems confirme que d’autres essais auront lieu au cours de cette année, avant les premières mises en service chez des clients dans les 12 mois suivant la fin du programme d’essais en vol. Dans le cas où ces tests se passent aussi bien que le premier, le PHASA-35 devrait être officiellement lancé d’ici quelques mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *