Des personnes mettant en terre un jeune plant , lors du coup d’envoi de la campagne de reboisement le dimanche 19 janvier 2020.

Reboisement : Madagascar veut redevenir l’Ile verte qu’elle était

 

A l’occasion des 60 ans de l’indépendance de Madagascar, le 26 juin 2020, le président Andry Rajoelina souhaite planter 60 millions d’arbres en un an. Il a donné le coup d’envoi de cette importante campagne de reboisement le dimanche 19 janvier, date du premier anniversaire de son investiture.

« Aujourd’hui, on l’appelle l’île Rouge »

Depuis l’indépendance, en 1960, Madagascar a perdu 44 % de ses forêts naturelles, selon une étude publiée en 2018 dans la revue scientifique Biological Conservation et coordonnée par un écologue du Centre international en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). D’après les résultats d’une autre étude cartographique sortie en 2015, la Grande Ile perd environ 120 000 ha par an. Les causes de cette déforestation sont multiples : l’élevage, les mines, les feux de forêts, l’agriculture sur brûlis, l’exploitation commerciale de bois précieux, la production d’énergie ou encore la construction.

Dès son accession au pouvoir en janvier 2019, Andry Rajoelina a fait de la lutte contre la déforestation une priorité. En mars 2019, il avait annoncé dans le cadre de sa politique générale vouloir reboiser une surface de 40 000 ha par an avec un minimum de 40 millions de jeunes plants endémiques de la Grande Ile. Objectif : faire en sorte que Madagascar redevienne l’île Verte. « Aujourd’hui, on l’appelle l’île Rouge. », avait regretté le président.

1,2 million plants mis en terre sur les hauts plateaux de l’île

Dimanche 19 janvier, environ 12 000 personnes de tous horizons (société civile, secteur privé, fonctionnaires) ont participé au coup d’envoi de cette campagne de reboisement organisée par le ministère de l’environnement. Ce jour-là, 1,2 million de jeunes plants ont été mis en terre sur 500 hectares (ha) à Ankazobe, dans la région d’Analamanga, sur les hauts plateaux de l’île.

L’initiative de l’exécutif malgache a été largement saluée par les acteurs de la protection de l’environnement. Parmi eux, l’agence de développement américaine USAID, qui investit actuellement 57 millions de dollars (51,2 millions d’euros) dans des projets d’appui destinés à la protection des forêts.

Une équipe restera sur place pour arroser les plants en l’absence de pluie

Mais d’autres voix s’élèvent pour critiquer ce projet. Plusieurs observateurs s’interrogent en effet sur la viabilité du reboisement de ce 19 janvier. Ils estiment que le site de 500 hectares se trouve dans une zone sujette aux feux de brousse chaque année. En outre, certains plants proviendraient de régions climatiques différentes de cette zone. « Les plants sont issus de tout le territoire pour faire de ce site une vitrine de la biodiversité malgache », a justifié le ministère de l’Environnement.

Le ministère de l’environnement a prévu une équipe de forestiers pour le suivi du reboisement toute cette année. Elle restera sur place afin d’arroser les plants quand il n’y aura pas de pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *