L'équipe de GoTogo avec les jeunes volontaires togolais

Togo : des étudiants français construisent un village écolo près de Lomé

 

Près de Lomé, la capitale du Togo, un groupe d’étudiants strasbourgeois a construit un village écolo et solidaire dans le cadre d’un projet débuté il y a un an. Un centre de restauration pour les personnes âgées, une école, des dortoirs…. sont quelques-unes des infrastructures sorties de terre en l’espace d’un mois.

Sept étudiants strasbourgeois de l’INSA ont participé en juillet à un projet de solidarité internationale initié par We are ready Togo (WART) dans le village de Wonougba près de Lomé, au sud du Togo. Ils ont construit plusieurs infrastructures avec l’aide des bénévoles de SOSVol, de maçons et de menuisiers locaux et grâce à l’expertise d’un agronome. Parmi les bâtiments construits il y a ceux devant abriter un centre de restauration pour les personnes âgées, une école et des dortoirs, entre autres. Mais il s’agissait également de mettre en place une activité agro-pastorale durable pour permettre à Wonougba d’être complètement autonome. Ce village, situé à environ 1h30 de la Capitale, Lomé, est durement touché par la pauvreté et la malnutrition. L’objectif est de permettre à ses habitants de vivre décemment et de se prendre en charge, le tout en respectant l’environnement qui les nourrit.

Ils s’inspirent d’une technique de construction africaine

Les Strasbourgeois de GoTogo, ont porté le projet de mi-juin à mi-juillet avec l’aide des bénévoles et de l’association SOSVol. Ils ont travaillé sur les plans et techniques de construction durable propre aux populations de la région. Les ingénieurs français ont en effet opté pour la voute nubienne, une technique largement utilisée en Afrique. Elle préconise des murs et des plafonds en terre crue, un matériau écologique qu’il est facile de trouve dans la zone.

Comme la saison des pluies s’éternisait et qu’elle ne permettait pas un séchage optimal du matériau, les étudiants strasbourgeois ont été obligés de s’adapter en créant une charpente de bois. Ils ont pu ainsi monter des murs de briques de terre crue puis couvrir les bâtiments de taule, seul matériau disponible dans ce court laps de temps. Le dortoir et la salle polyvalente ont pu ainsi sortir de terre.  Ces lieux seront des espaces d’échange, de sensibilisation et de formation à la production locale. Les habitants se formeront aux techniques de culture et d’élevage de manière à respecter l’environnement et devenir autonome.

Un projet financé par une cagnotte

Une cantine collaborative alimentée par l’agriculture et l’élevage ainsi qu’un poulailler seront également construits. Le projet s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la malnutrition par la création d’une économie sociale et solidaire pérenne. Pour le financer, les strasbourgeois ont mis en place une cagnotte leur permettant de récolter 91 % de leur objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *