L’avion à hydrogène n’est pas pour demain

Airbus a donné de nouvelles indications de son processus de décarbonation. Il en ressort que l’appareil de propulsion à l’hydrogène tant attendu ne verra pas le jour avant 2050.

Il faudra attendre encore quelques décennies pour découvrir le premier avion à zéro émission de gaz à effet de serre. Alors que le défi de la décarbonation se fait de plus en plus prégnant sur le secteur de l’aéronautique, un de ses acteurs et pas des moindres, vient rappeler à tous qu’il reste beaucoup à faire pour parvenir à cet objectif. Il s’agit en l’occurrence d’Airbus qui a récemment procédé à une mise à jour de ses actions en matière de neutralité carbone. Selon des informations dévoilées par le site InfluenceMap, le constructeur aurait en effet fait savoir à des responsables de l’Union européenne depuis février que l’avion alimenté 100 % à l’hydrogène qu’il a promis de mettre au point ne sera exploitable qu’à partir de 2050 pour les vols long-courriers. Airbus indique notamment que les appareils propulsés à l’hydrogène qui verront le jour à l’horizon 2035 le seront uniquement dans le cadre des opérations de courte distance. Et même là, il faudra d’abord y aller dans un premier temps avec du carburant alternatif appelé (SAF), avant de basculer vers l’hydrogène, à en croire le constructeur.

Le carburant encore d’actualité

Pour Airbus, l’année 2050 ne sonnera pas la fin totale des moteurs au kérosène. D’autant que les avions fonctionnant à l’hydrogène font partie d’une nouvelle génération de flottes encore en construction. Et Airbus qui en a promis un dès 2035 travaille actuellement sur trois prototypes à partir desquels il choisira le produit final en 2025.

Comme le constructeur européen, son concurrent américain Boeing ne devrait pas dévoiler son avion à l’hydrogène avant 2050. Preuve du chemin à parcourir pour parvenir à faire drastiquement baisser les émissions de CO2 et ainsi s’aligner sur les objectifs climat du secteur de l’aéronautique.

Les SAF en attendant…

En attendant l’horizon plein de promesses pour la décarbonation de l’aéronautique, les différents avionneurs vont continuer à faire voler leurs appareils avec le plus de carburants alternatifs possible. Air France a ainsi récemment fait voler un de ses appareils en partie à base d’huile de cuisson sur du long-courrier. Airbus et Dassault entre autres, ont fait savoir le 10 juin dernier qu’ils procéderont à des vols d’essai grâce au carburant intégralement SAF d’ici la fin de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.