Emmanhuel Faber, PDG de Danone.

Agro-alimentaire : Danone devient la première entreprise à mission du CAC40

 

Les actionnaires de Danone ont approuvé vendredi à plus de 99 % l’adoption par le groupe agroalimentaire du statut d’« entreprise à mission ». Celui-ci enjoint la multinationale à aller au-delà de la recherche de rentabilité en poursuivant des objectifs sociaux, sociétaux et environnementaux.

En mai dernier, Danone avait annoncé son intention de devenir société à mission. Désormais c’est chose faite. L’assemblée générale des actionnaires a entériné cette transformation, le vendredi 26 juin, par un vote avec un plébiscite de 99,42% des voix. Une première du genre pour une grande entreprise du CAC40. Le directeur général, Emmanuel Faber, a salué à sa juste valeur cette adhésion. Il a tenu à remercier ses « amis » actionnaires pour leur audace, alors que le monde de l’économie sociale et solidaire (ESS) tique sur le versement de dividendes.

Vers un modèle économique plus humain

« Vous venez de déboulonner une statue de Milton Friedman… La décision que vous venez de prendre fera jurisprudence » pour montrer qu’un tel changement reste possible pour une grande entreprise à actionnaires multiples, a indiqué le patron de Danone. Milton Friedman, économiste de l’école de Chicago, assurait que la seule responsabilité sociale de l’entreprise était de faire du profit. Or la notion de « société à mission », introduite par la loi Pacte sur la croissance promulguée il y a un an, permet à une entreprise commerciale d’intégrer dans ses statuts des objectifs sociaux et environnementaux auxquels elle consacrera des moyens et un suivi.

Emmanuel Faber a aussi rappelé son « désir d’inventer, de réinventer un modèle d’entreprise vivante. Une entreprise au service d’une économie vivante, non pas d’une finance réputée implacable, d’une économie qui ne serait que le jeu de rouages désincarnés, mais une économie qui incarne l’humain, qui serve l’humain. Une finance qui sert l’économie qui sert les hommes ».

Oxfam et le Mouves ont des griefs contre Danone

Cette évolution du statut de Danone ne satisfait pas entièrement l’ONG Oxfam et le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves). Dans une lettre ouverte à Emmanuel Faber, publiée jeudi, ils ont dénoncé la politique du groupe envers les actionnaires, qui auront droit à une hausse de 8% de leurs dividendes cette année. Cette politique demeurre « insuffisante par rapport au changement de modèle que vous prônez », estiment les deux structures. Elles demandaient notamment à Danone « d’inscrire dans ses objectifs le plafonnement des bénéfices versés aux actionnaires pour allouer les sommes en question à un fonds dédié à la transition sociale et écologique de l’entreprise » et de « retrancher les investissements sociaux et écologiques indispensables des bénéfices réels et durables, et donc distribuables ».

Sans aller jusque-là, Danone a toutefois mis en place une nouvelle formule de calcul du bénéfice par action, ajusté du coût du carbone. Mais la multinationale agro-alimentaire doit en faire davantage. Son comité de suivi de mission, composé notamment d’une employée de Danone, Emma Lahmer, de l’ancien directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, et de l’ancienne ministre des Finances du Nigeria, Ngozi Okonjo-Iweala, actuellement présidente de l’Alliance mondiale pour les vaccins et vaccinations (Gavi), devra démontrer la crédibilité de ce nouveau modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *